Modification de l’arrêté AMO ( Services d’aide en milieu ouvert )

Lors de la Commission Jeunesse et Aide à la Jeunesse de ce 4 février à la Fédération Wallonie-Bruxelles, j’ai interpellé la Ministre de la Jeunesse, Madame Évelyne Huytebroeck au sujet de la modification de l’arrêté concernant les services d’aide en milieu
ouvert.

La modification de l’arrêté concernant les services d’aide en milieu ouvert (AMO) a été annoncée en commission lors des débats sur la modification du décret de l’aide à la jeunesse et lors des derniers débats budgétaires. Vous envisagiez alors de poursuivre et de finaliser le processus de modification du décret de l’aide à la jeunesse par la rédaction de toute une série d’arrêtés relatifs, notamment, aux services d’aide et d’intervention éducative, aux centres d’orientation éducative ou aux services de pro-tutelle, dont faisait partie l’arrêté AMO.
Rappelons que les services d’aide en milieu ouvert proposent une aide préventive au bénéfice des jeunes dans leur milieu de vie et dans leurs rapports avec l’environnement social. Ils apportent plus précisément une aide sociale et éducative favorisant l’épanouissement du jeune dans son environnement social et familial, afin notamment – j’insiste sur ce point – de prévenir toute rupture.
Les AMO ne sont pas mandatées et interviennent uniquement à la demande du jeune, de sa famille ou de ses familiers. Comme vous le savez, notre groupe accorde une attention particulière à la notion de prévention générale et à la volonté de maintenir le jeune dans son milieu de vie. Il nous revient que vous avez initié une concertation avec le secteur au sujet de la modification de l’arrêté. Il est certes indispensable de saisir le secteur et l’administration afin d’examiner avec les experts et acteurs de terrain les différents points à réviser, pour mieux répondre aux défis et aux réalités du secteur. Par ailleurs, lors des débats budgétaires, vous avez confirmé l’inscription du projet « solidarcité » dans les nouvelles missions des AMO au moyen d’un budget complémentaire.
Sur la base de ces éléments, madame la ministre, que ressort-il de la concertation avec le secteur ? L’inscription du projet « solidarcité » dans les missions des AMO a-t-elle pour objectif de généraliser la mission à toutes les AMO? Quand espérez-vous finaliser les modifications de cet arrêté ?

Mme Évelyne Huytebroeck, ministre de la Jeunesse. – J’ai en effet initié une concertation avec le secteur sur le projet de modification de l’arrêté AMO. Cette modification porterait sur les projets dits d’« année citoyenne », développés depuis plusieurs années par des services d’aide en milieu ouvert.
Les jeunes en décrochage, voire en rupture de liens, utilisent cette expérience valorisante pour reconstruire et mettre en oeuvre un projet de vie ou de formation. C’est sur base volontaire, dans le cadre du travail de l’AMO, que le jeune s’engage et participe à cette année citoyenne. Dans la perspective d’une pérennisation, il m’a semblé important d’inscrire cette modalité d’intervention dans l’arrêté AMO sous la forme de dispositions particulières, à l’instar du service qui assure un accueil de jeunes vingt-quatre heures sur vingt-quatre ou des services spécialisés dans l’aide juridique à titre principal.
Les concertations avec le secteur sont terminées. Je solliciterai bientôt l’avis du Conseil communautaire de l’Aide à la jeunesse sur ce projet de modification et je le soumettrai au gouvernement.
Je ne puis m’engager sur une date précise : tout dépendra du moment où le Conseil communautaire me remettra son avis. Par contre, je puis vous assurer que cette mission ne sera pas obligatoire pour tous les services. À l’instar de la mission CIF intégrée dans les SAIE, l’intégration de la mission se fera uniquement sur une base volontaire. Elle devra en outre faire l’objet d’une modification du projet pédagogique, ce qui entraînera un passage en commission d’agrément.
J’envisage pour l’immédiat de pérenniser les projets d’année citoyenne pour lesquels des subventions facultatives sont perçues depuis 2010.
Rien n’empêchera le gouvernement de décider d’octroyer des crédits supplémentaires à d’autres services d’aide en milieu ouvert afin qu’ils développent aussi de tels projets.

Mme Savine Moucheron (cdH). – Je vous remercie pour ces informations claires. Vous n’avez pas expliqué l’issue de votre concertation avec le secteur. La première partie semble finalisée. Vous avez en tout cas été claire sur le caractère volontaire de ces initiatives.

Advertisements

A propos Savine Moucheron

Fille et petite-fille de Montois, je suis ce qu'on appelle une « Montois cayaux ». Ma famille est investie de longue date dans le folklore montois et se transmet de génération en génération ce goût de la tradition. Il y a 12 ans, dans la continuité de mes engagements dans le monde associatif depuis toute petite, je me suis lancé un défi: la politique! Lors des élections de 2006, vous m’avez élue Conseillère Communale et je suis devenue chef de groupe du cdH montois. Bien que dans l’opposition, ce siège m'offre la possibilité d'intervenir concrètement en faveur de l'amélioration de la qualité de vie des Montois même si nous ne sommes pas toujours entendus ! Il me permet ainsi de jouer les garde-fous par rapport aux desseins d'une majorité dont nous avons souvent mis en avant la démesure et l'inadéquation. Il me permet également de devenir le porte-parole de citoyens désappointés par la politique locale en matière de culture, de propreté, d'emploi, de logement, d'éducation ou de mobilité. Depuis décembre dernier je suis devenue Députée Wallonne. Cette fonction m’offre un levier supplémentaire pour relayer et défendre les priorités que nous partageons. Maman de trois enfants, j'ai aussi choisi de m'investir au cdH parce que que mon parti a réellement mis le doigt sur le véritable enjeu de notre société : vous et moi, en tant qu'individus ! Le cdH est en avance sur son temps et a définitivement laissé derrière lui les vieux combats. Au cdH, chacun a sa place: une maman, un indépendant, un allocataire social, un PDG, un enseignant, un fonctionnaire, un immigré, un enfant,... Le projet de l'humanisme démocratique est généreux et responsable ! Ses deux piliers fondateurs sont mes valeurs: Solidarité et Responsabilité.
Cet article, publié dans Députée, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s