Gratuité des musées le premier dimanche du mois

muséeQuestion orale posée à la ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Égalité des chances:

Voici un an environ, nous avons adopté un décret modifiant le décret du 17 juillet 2002 relatif à la reconnaissance et au subventionnement des musées. Il rend obligatoire la gratuité d’accès aux musées reconnus, le premier dimanche de chaque mois. La compensation financière auparavant octroyée pour soutenir cette mesure a cependant été supprimée.

Dans un courrier adressé au secteur, madame la ministre, vous qualifiiez de « gratuité rare » la démarche des musées et vous évoquiez l’effet d’entraînement qu’elle devait induire. Selon vous, « cet effet d’entraînement n’est pas un leurre et le public commence à s’habituer à cette mesure salutaire pour un accès plus large à la culture ».

Comme l’a souligné ma collègue Veronica Cremasco, la presse s’est fait l’écho, en ce début d’année, de cette opération, entrée en application le 1er janvier. Elle a relayé certaines craintes à propos des effets pervers supposés de la mesure, en l’occurrence l’effet d’aubaine pour les habitués des lieux, qui auraient payé leur entrée si la mesure n’existait pas, et le manque à gagner important pour les institutions muséales. Certains propos tenus dans la presse doivent bien sûr être relativisés.

Comparer simplement le nombre d’entrées d’un dimanche payant avec celui d’un dimanche gratuit est réducteur.

Madame la ministre, quand et comment la mesure de gratuité sera-t-elle évaluée ? Quels seront les critères d’évaluation ?

Étant donné la période de rigueur budgétaire actuelle, certains pensent que la généralisation de la gratuité sans compensation financière n’arrive pas au meilleur moment. Partagez-vous cette idée, madame la ministre ?

Ne s’agit-il pas ici de repenser le rôle des musées dans notre Fédération ? L’accès aux musées est certes amélioré, mais l’ambition scientifique risque d’être revue à la baisse et le personnel pourrait même être réduit.

Enfin, madame le ministre, comment comptez-vous sensibiliser le public que le décret veut attirer dans les musées ?

Mme Fadila Laanan, ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Égalité des chances. – Depuis le 1er janvier 2013, quarante-neuf musées reconnus ou subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles proposent à leurs visiteurs un accès gratuit le premier dimanche du mois. Si l’on y ajoute les institutions fédérales et les musées non reconnus, soixante-neuf institutions proposent désormais cet accès gratuit en Wallonie et à Bruxelles.

La modification du décret, que vous avez approuvée en commission le 17 avril 2012, a donc permis la participation de dix-sept nouveaux musées à cette opération, améliorant leur accessibilité.

Elle a également mis fin à une inégalité entre les musées bénéficiant, depuis 2006, d’une compensation financière et les autres musées reconnus.

À ce jour, un seul musée condamne cette mesure, qu’il estime prématurée. Pour ma part, je rappelle qu’elle a démontré son efficacité durant une période de test et qu’elle s’inscrit dans le cadre du refinancement global du secteur, qui représente un effort budgétaire considérable pour la Fédération
Wallonie-Bruxelles. Ainsi, en cinq ans, de 2008 à 2013, malgré les mesures d’économie imposées à la Fédération, le budget du secteur est passé de 9 084 000 euros à 12 561 000 euros. Il a donc progressé de 38 %.

Cet important refinancement, prévu par le décret de 2002, répondait aux voeux des opérateurs. Il reste ma priorité absolue. Nous pouvons donc nous réjouir de constater que quatre-vingt musées sont reconnus ou subventionnés dans ce cadre en 2013. Outre la professionnalisation du secteur et la médiation, le décret place parmi ses objectifs principaux l’accès à des publics socialement et culturellement diversifiés. Madame Moucheron, si le rôle des musées est actuellement repensé, c’est uniquement dans ce cadre.

L’Observatoire des politiques culturelles a été chargé de procéder à l’évaluation quantitative de la gratuité et d’analyser le type de publics touchés.

Une étude a été commandée et est actuellement en cours. Outre la question de la fréquentation, on y abordera les caractéristiques sociodémographiques des visiteurs et leurs pratiques de visite.

On analysera également la notoriété de la mesure ainsi que les éventuels effets d’annonce, d’aubaine et de déplacement qu’elle aurait générés.

L’ensemble des données récoltées devrait permettre d’analyser plus justement son impact financier à long terme en cas de hausse de la fréquentation et à court terme suite aux dépenses effectuées au musée le dimanche gratuit (boutique, cafétéria, dons). Soyez assurés de mon intention de vous informer des résultats de cette étude qui a donc commencé en novembre dernier et se déroulera tout au long de l’année 2013.

Comme je l’ai déjà souligné, la promotion de cette mesure était essentielle si l’on souhaite provoquer un effet d’entraînement sur la fréquentation des musées toute l’année comme ce fut notamment le cas en France. Ainsi, dès le mois de juin, j’ai souhaité donner plus de visibilité au secteur et valoriser la gratuité d’accès le premier dimanche du mois en soutenant un supplément spécial au quotidien L’avenir, le Guide des musées et des centres d’art de Wallonie et de Bruxelles, qui a été distribué à plus de 75 000 exemplaires durant l’été 2012.

Il faut aussi noter que l’application de la mesure et sa médiatisation importante en ce début d’année a non seulement déjà drainé un public important dans les musées mais a également convaincu d’autres musées d’adhérer sans aucune obligation.

Madame Cremasco, certaines associations comme l’asbl« Art et public » sont aussi très actives dans la mise en oeuvre de cette mesure, ce dont je me réjouis. Une demande de soutien m’a été adressée par cette association. Cependant, étant donné le contexte budgétaire, il sera très difficile de soutenir de nouveaux projets cette année.

J’examine actuellement toutes les pistes envisageables.

Enfin, les institutions qui bénéficient du décret ont pour mission tout au long de l’année de proposer des activités pédagogiques attractives facilitant la compréhension et attisant la curiosité du public afin de faire de la visite au musée une expérience interactive, ludique et enrichissante.

Les allocations budgétaires et la manière dont sont distillés la gratuité et les soutiens à apporter, notamment à l’asbl « Art et public », font partie de la DO 24, AB 3307 et 3334. Pour le reste je vous prie de consulter le rapport du débat sur le budget que nous avons eu en commission.

Mme Savine Moucheron (cdH). – Je suis rassurée sur le rôle que vous assignez aux musées de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Je reviendrai sur ce dossier lorsque nous disposerons du rapport de l’étude que vous nous annoncez pour la fin de l’année.

Publicités

A propos Savine Moucheron

Fille et petite-fille de Montois, je suis ce qu'on appelle une « Montois cayaux ». Ma famille est investie de longue date dans le folklore montois et se transmet de génération en génération ce goût de la tradition. Il y a 12 ans, dans la continuité de mes engagements dans le monde associatif depuis toute petite, je me suis lancé un défi: la politique! Lors des élections de 2006, vous m’avez élue Conseillère Communale et je suis devenue chef de groupe du cdH montois. Bien que dans l’opposition, ce siège m'offre la possibilité d'intervenir concrètement en faveur de l'amélioration de la qualité de vie des Montois même si nous ne sommes pas toujours entendus ! Il me permet ainsi de jouer les garde-fous par rapport aux desseins d'une majorité dont nous avons souvent mis en avant la démesure et l'inadéquation. Il me permet également de devenir le porte-parole de citoyens désappointés par la politique locale en matière de culture, de propreté, d'emploi, de logement, d'éducation ou de mobilité. Depuis décembre dernier je suis devenue Députée Wallonne. Cette fonction m’offre un levier supplémentaire pour relayer et défendre les priorités que nous partageons. Maman de trois enfants, j'ai aussi choisi de m'investir au cdH parce que que mon parti a réellement mis le doigt sur le véritable enjeu de notre société : vous et moi, en tant qu'individus ! Le cdH est en avance sur son temps et a définitivement laissé derrière lui les vieux combats. Au cdH, chacun a sa place: une maman, un indépendant, un allocataire social, un PDG, un enseignant, un fonctionnaire, un immigré, un enfant,... Le projet de l'humanisme démocratique est généreux et responsable ! Ses deux piliers fondateurs sont mes valeurs: Solidarité et Responsabilité.
Cet article, publié dans Députée, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s