L’avenir de la Médiathèque

LOGO_mediathequeLe 19 mars j’ai interpellé la Ministre de la Culture sur l’avenir de la médiathèque.

 

Plus que n’importe quelle autre institution culturelle, la Médiathèque a l’obligation de s’adapter aux nouveaux besoins et aux nouvelles habitudes d’approche de la culture. Avec l’arrivée du numérique, le prêt physiqueest devenupratique moins courante. Au coin de nos rues, les vidéos clubs se sont progressivement fermés etl’activité de prêt de la Médiathèque, malgré la richesseet la diversité de ses collections, s’en est également ressentie.

Année après année pourtant, des réajustements – que l’on pouvait espérer positifs – ont été opérés, comme la cession de certains centres à des opérateurs locaux, denouvelles formules de prêt hyper attractives ou la création d’une plate-forme de téléchargement… Rien n’y a fait et l’attractivité de l’institution est restée en complète chute libre, passant de 4,170 MIO de prêt en 2001 à 1,887 MIO en 2011, soit une réduction de 55% rien qu’en 10 ans. C’est dire si une réforme en profondeur est urgentissime.Le contrat-programme 2013-2017, mais aussi le plan stratégique et le plan financier qui s’en suivront, seront LES pierres d’angle de cette réforme.

Dès lors que ces documents de planification sont en cours de finalisation, je souhaiterais vous adresser les questions suivantes.

  1. Le Core business de la Médiathèque ne sera plus le prêt, mais privilégiera l’information et le conseil sur l’offre culturelle, la diffusion et la promotion culturelle ainsi que l’éducation et la médiation culturelle.Pouvez-nous nous préciser quelle sera la spécificité de ces nouveaux média-pôles, eu égard aux missions de promotion et de diffusion d’autres opérateurs culturels,commeles centres culturels? Sur un plan strictement symbolique, n’estimez-vous pas que l’appellation suggérée « Point Culture » se confondun peu trop avec l’action – actuelle et future – des centres culturels ?
  2. Eu égard à la richesse des collections de l’ASBL, il m’apparait que le prêt (numérique et dans une moindre mesure physique) est un des axesqui doit continuer à identifier la nouvelle structure.Quelles mesures sont mises en place pour renforcer le caractère attractif de ce service au public ?Dans quelle mesure la Médiathèque ne pourrait-elle pas, à l’instar de la Cinémathèque de la FWB, profiter du plan PEP’S (Plan de préservation et d’exploitation des patrimoines), et ce, pour accélérer le processus de numérisation de ses nombreuses collections ?
  3. L’éducation aux médias, quant à elle, fera toujours bien partie du CoreBusiness des nouveaux médias-pôles. Dans ce cadre, pouvez-nous nous dire de quelle manière les actuels partenariats avec les associations d’éducation aux médias seront développés et quelles mesures sont élaborées pour que les nouvelles missions de médiathèques soient une plus-value pour l’ensemble de l’associatif concerné ?
  4. De 14 centres actuels, il ne serait prévu que d’en conserver un seul par province, soit 6 au minimum. A ce stade et en fonction de l’avancée des travaux des assises du développement culturel territorial, quels lieux seraient préconisés ? la Province du Luxembourg ferait, une fois de plus, l’objet d’un traitement « particulier » puisque c’est la seule province pour laquelle on n’envisageraitun centre fixe que dans un second temps. N’estimez-vous pas que cette dispositionpréjuge d’office d’une absence de média-pôle dans cette zone et qu’elle est discriminante pour l’accès à la culture dans les zones à caractère rurales ?
  5. La Médiathèque a déjà fait l’objet de nombreuses restructurations qui, toutes, ont abouti à une réduction du volume de l’emploi. Aujourd’hui, la Médiathèque, ce sont quelques 120 employés. Comment les travailleurs sont-ils associés à la réforme et,de votre point de vue,ont-ils les garanties nécessaires 1) au maintien de leurs emplois 2) aux formations que nécessitera le recentrage des missions de l’ASBL ?
  6. Enfin, le budget « Culture » 2013 était éclairant quant aux intentions, dès lors que les allocations budgétaires subventionnant la Médiathèque ont été déplacées du programme « Audiovisuel » au programme « Service général de la culture ». Les subventions allouées sont quant à elles restées stables, 6,060 MIO. Pouvez-vous nous informer sur l’évolution prévues ou à tout le moins supputées des recettes et dépenses à l’horizon 2017 et donc sur l’évolution de la part contributive de la FWB ?
Publicités

A propos Savine Moucheron

Fille et petite-fille de Montois, je suis ce qu'on appelle une « Montois cayaux ». Ma famille est investie de longue date dans le folklore montois et se transmet de génération en génération ce goût de la tradition. Il y a 12 ans, dans la continuité de mes engagements dans le monde associatif depuis toute petite, je me suis lancé un défi: la politique! Lors des élections de 2006, vous m’avez élue Conseillère Communale et je suis devenue chef de groupe du cdH montois. Bien que dans l’opposition, ce siège m'offre la possibilité d'intervenir concrètement en faveur de l'amélioration de la qualité de vie des Montois même si nous ne sommes pas toujours entendus ! Il me permet ainsi de jouer les garde-fous par rapport aux desseins d'une majorité dont nous avons souvent mis en avant la démesure et l'inadéquation. Il me permet également de devenir le porte-parole de citoyens désappointés par la politique locale en matière de culture, de propreté, d'emploi, de logement, d'éducation ou de mobilité. Depuis décembre dernier je suis devenue Députée Wallonne. Cette fonction m’offre un levier supplémentaire pour relayer et défendre les priorités que nous partageons. Maman de trois enfants, j'ai aussi choisi de m'investir au cdH parce que que mon parti a réellement mis le doigt sur le véritable enjeu de notre société : vous et moi, en tant qu'individus ! Le cdH est en avance sur son temps et a définitivement laissé derrière lui les vieux combats. Au cdH, chacun a sa place: une maman, un indépendant, un allocataire social, un PDG, un enseignant, un fonctionnaire, un immigré, un enfant,... Le projet de l'humanisme démocratique est généreux et responsable ! Ses deux piliers fondateurs sont mes valeurs: Solidarité et Responsabilité.
Cet article a été publié dans Députée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s