Evolution des prix d’entrée au cinéma

ticket cinémaCe matin, j’ai interrogé la Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Égalité des Chances sur l’évolution des prix d’entrée au cinéma.

Pour un grand nombre, le cinéma est un des moyens les plus commodes d’avoir accès à la culture en dehors de chez soi. Le relevé des indicateurs des pratiques culturelles, effectué par l’observatoire des politiques culturelles, répertorie cette activité dans la catégorie des « sorties extérieures ordinaires » : des sorties caractérisées par leur caractère « convivial », qui sont « courantes » et qui sont pratiquées en groupe plus ou moins grand, généralement avec des proches. Plus qu’une activité culturelle, le fait d’aller au cinéma est perçu comme une activité socioculturelle, partagée par des personnes aux profils différents et qui, de ce fait, a une certaine attractivité : 68,7% des personnes interrogées dans le cadre de la même enquête menée par l’observatoire des politiques culturelles disent avoir été au cinéma au moins une fois durant l’année écoulée.

De son côté, le SPF Economie s’intéresse lui aussi au cinéma. En vertu de l’arrêté royal du 14 décembre 1999, il est tenu de mener chaque année des études statistiques sur l’exploitation des salles de cinéma. Le dernier rapport mis en ligne est celui de l’année 2010 et celui-ci fait apparaître des données fort intéressantes, comme le prix moyen des entrées qui varient de 7,08 euros à 6,04 euros (hors TVA), selon que l’on va au cinéma à Bruxelles ou en Wallonie, ou comme le montant qu’investit chaque année chaque bruxellois ou chaque wallon dans cette activité, respectivement 23,6 euros ou 12,4 euros.

L’intérêt de tous, en ce compris de la Fédération Wallonie-Bruxelles, est que l’accès au cinéma soit attractif. Or, force est de constater que, si l’on est un consommateur occasionnel, le prix de l’entrée peut paraître, en certains endroits, prohibitifs. Si, pour toute une série de raisons, l’on ne fait pas le choix d’acheter une carte de 5/6 films, si l’on n’entre pas dans une logique d’abonnement mensuel, si l’on ne rentre pas une catégorie pour laquelle des réductions sont possibles, la vision de certains films peut alors atteindre 10 euros pour l’achat d’un seul ticket. Avec ces pratiques commerciales, on est très loin du prix moyen du ticket en Belgique, tel que rapporté par le SPF Economie (6,63 euros en 2010).

Vous l’aurez compris, notre souci est de tenter de réguler ces prix de manière à ce que l’accès ponctuel à cette activité socioculturelle soit de moins en moins freiné par des considérations financières. Le cinéma, pour certaines familles, et de plus en plus celles de la classe moyenne, est devenu un luxe alors qu’il devrait pouvoir rester, pour reprendre les termes de l’étude de l’observatoire des politiques culturelles, une activité socioculturelle commune, conviviale et courante ».

Dans ce contexte et même si nous savons que la Fédération Wallonie-Bruxelles dispose de peu de leviers politiques en cette matière étant donné que la matière est principalement fédérale, je souhaite vous adresser les questions suivantes :

  • Les conventions qui lient la Fédération Wallonie-Bruxelles aux exploitants de cinéma d’art et d’essai intègrent-elles des dispositions générales relatives à l’encadrement des prix d’entrées ? Si oui, pourriez-vous nous en expliquer la teneur ?
  • L’ASBL Article 27 poursuit un objectif de démocratisation de l’offre culturelle. Grâce au soutien des pouvoirs publics, des personnes plus précarisées bénéficient d’une réduction substantielle du prix de la place dans certains cinémas, les cinémas d’art et d’essai principalement. Envisagez-vous de favoriser l’extension du dispositif « Article 27 » aux autres cinémas ?
  • Des concertations sont-elles en cours avec vos collègues fédéraux pour tenter de juguler l’augmentation des prix des tickets d’entrée de cinéma ? Si oui, quelles seraient les actions possibles ? Plus particulièrement, y a-t-il bien un accord de principe pour ne pas augmenter la TVA sur le prix d’entrée du cinéma ?

Voici la réponse de la Ministre Fadila Laanan:

En ce qui concerne la régulation des prix d’entrée au cinéma, il s’agit d’une compétence exclusive du Ministre fédéral de l’Economie. Contrairement à la TVA de 21% appliquée sur les Dvd et blue-ray, le taux de TVA sur les tickets d’entrée au cinéma s’élève à 6%.

Cette question n’a jamais été abordée dans le cadre de la plateforme cinéma qui réunit les différents niveaux de pouvoir. En effet, les exploitants ne sont pas soumis au contrôle des prix et fixent librement le montant des tickets d’entrée.

Si les prix appliqués par certains multiplexes représentent un obstacle financier pour les familles, il faut noter une différence significative entre les prix appliqués par les salles d’Art et Essai et ceux des multiplexes.

Le cinéma est l’activité culturelle qui attire le public le plus large. Dans le but de garantir l’accessibilité des tous les publics au 7ème art, les cinémas art et essai s’engagent, dans le cadre de leur convention ou contrat-programme avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, à appliquer des tarifs démocratiques. Dans certains cas, pour un même film, la différence tarifaire entre les multiplexes et les salles art et essai est très importante, passant parfois du simple au double.

Par ailleurs, afin de permettre l’accessibilité des salles de cinéma aux publics les plus fragilisés, le Centre du cinéma et de l’audiovisuel soutient l’asbl article 27. Grace à ce partenariat, les personnes en parcours d’insertion sociale et professionnelle peuvent aller au cinéma pour moins de 1.50 EUR la séance.

Advertisements

A propos Savine Moucheron

Fille et petite-fille de Montois, je suis ce qu'on appelle une « Montois cayaux ». Ma famille est investie de longue date dans le folklore montois et se transmet de génération en génération ce goût de la tradition. Il y a 12 ans, dans la continuité de mes engagements dans le monde associatif depuis toute petite, je me suis lancé un défi: la politique! Lors des élections de 2006, vous m’avez élue Conseillère Communale et je suis devenue chef de groupe du cdH montois. Bien que dans l’opposition, ce siège m'offre la possibilité d'intervenir concrètement en faveur de l'amélioration de la qualité de vie des Montois même si nous ne sommes pas toujours entendus ! Il me permet ainsi de jouer les garde-fous par rapport aux desseins d'une majorité dont nous avons souvent mis en avant la démesure et l'inadéquation. Il me permet également de devenir le porte-parole de citoyens désappointés par la politique locale en matière de culture, de propreté, d'emploi, de logement, d'éducation ou de mobilité. Depuis décembre dernier je suis devenue Députée Wallonne. Cette fonction m’offre un levier supplémentaire pour relayer et défendre les priorités que nous partageons. Maman de trois enfants, j'ai aussi choisi de m'investir au cdH parce que que mon parti a réellement mis le doigt sur le véritable enjeu de notre société : vous et moi, en tant qu'individus ! Le cdH est en avance sur son temps et a définitivement laissé derrière lui les vieux combats. Au cdH, chacun a sa place: une maman, un indépendant, un allocataire social, un PDG, un enseignant, un fonctionnaire, un immigré, un enfant,... Le projet de l'humanisme démocratique est généreux et responsable ! Ses deux piliers fondateurs sont mes valeurs: Solidarité et Responsabilité.
Cet article, publié dans Députée, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s