Sans Chichis… Audition de l’administrateur général de la RTBF par le CSA

Ce mardi 28 janvier j’ai questionné la Madame Laanan, Ministre de la Santé, de la Culture, de l’Audiovisuel et de l’Egalité des Chances sur l’audition de l’administrateur général de la RTBF par le CSA.

Madame la Ministre,

A la suite de l’émission « Sans chichis » diffusée le 9 janvier dernier et des diverses réactions qu’elle a suscitées, le CSA a pris la décision d’auditionner l’administrateur général de la RTBF ce mardi 21 janvier. L’objectif de cette audition est, pour le CSA, d’entendre la justification de l’administrateur général sur le fait d’avoir programmé une émission de divertissement avec le Premier Ministre la veille de la campagne électorale et juste au moment où le conseil d’administration de la RTBF venait de se mettre d’accord sur le dispositif de couverture de cette campagne par les équipes de journalistes. Un autre objectif de cette audition est de proposer de rééquilibrer les choses vis-à-vis des autres partis.

A l’issue de cette audition, le CSA pourrait édicter des recommandations à l’égard de la RTBF ou de son administrateur général.

Par ailleurs, toujours à la suite de cette émission, plusieurs journalistes de la RTBF ont exprimé leurs craintes par rapport à une possible remise en question de leur indépendance politique.

Par rapport à ces éléments, Madame la Ministre, pouvez-vous nous dire ce qui ressort de l’audition de l’administrateur général de la RTBF ? Comment gérer les éventuelles recommandations à l’égard de la RTBF et les compensations qui pourraient être envisagées à l’égard des autres partis ? Et par ailleurs, comment rassurer les journalistes de la RTBF par rapport à leur indépendance politique ?

Mme Fadila Laanan, ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Égalité des chances. – Je rappelle, si besoin était, qu’en ma qualité de ministre de l’Audiovisuel, je ne suis en aucune manière autorisée à interférer d’une quelconque façon dans une procédure devant le CSA. Il ne m’appartient donc pas de commenter ni le contenu de l’audition de la RTBF devant le vice- président du CSA, ni sa décision du 24  janvier 2014 sur les éléments suivants.
M. Pierre Houtmans, vice-président, a tout d’abord justifié l’application de l’article  162 du décret SMA sur l’urgence et l’existence d’un dommage. Il s’est ensuite penché sur la matérialité de l’infraction à l’alinéa 3 de l’article 3 du décret portant statut de la RTBF, alinéa qui règle la non- discrimination entre différents courants d’idées de la société. Il en a conclu que le grief n’est pas établi, le respect de l’obligation d’objectivité ne pouvant s’apprécier au vu d’une seule émission, mais sur l’ensemble de la programmation.
Le fait que la RTBF ait manifesté l’intention de mettre en place des balises pour organiser la présence d’hommes et de femmes politiques dans les émissions autres que d’information, devrait permettre d’atteindre les objectifs de régulation recherchés par le vice-président.
Je laisse donc à la RTBF, en tant qu’entreprise publique autonome, le soin de prendre toutes les décisions en interne pour la bonne suite du dossier.
Concernant l’indépendance politique des journalistes, je n’aime pas personnellement le mélange des genres entre information et divertissement, mais vous conviendrez que « Sans chichis » n’a jamais voulu entretenir une confusion de cet ordre. Rien ne doit venir rompre cette distinction claire.
La crainte de la société des journalistes de la RTBF était celle d’une interférence sur la ligne éditoriale de l’information ou sur le choix  des  invités en fonction des missions de divertissement. Cette crainte, matérialisée semble-t-il par la déprogrammation d’une émission d’information avec mon collègue Jean-Pascal Labille, ne sera justifiée que si de tels faits se reproduisent. Or, le dispositif évoqué par la RTBF semble bien prendre en compte cette dimension. Je suis donc certaine que les concertations entre les équipes de l’information et du divertissement, ainsi que les balises que la RTBF s’est engagée à mettre en place, permettront à l’avenir d’éviter ce genre de souci.

Mme Savine Moucheron (cdH). – J’entends bien que le présentateur de l’émission n’a pas abordé de sujet politique au sens strict du terme. Il faut être naïf pour soutenir que ces émissions sont complètement  étrangères  aux  pratiques  de  communication comme le storytelling.
Dire que le Premier ministre est politiquement neutre est difficilement crédible !
J’entends aussi que la RTBF n’a commis aucune erreur, que nous ne sommes pas encore dans la période pré-électorale définie et que la chaîne nationale n’est dès lors pas obligée d’inviter un mandataire de chaque formation politique à cette émission.
Cependant, le débat est plus large. Cette question évoque celles du respect de la démocratie, de l’équilibre et du pluralisme. Les règles ont effectivement été respectées, mais l’image de la RTBF pourrait être ternie  pour  certains  téléspectateurs, ce qui n’est pas un objectif à atteindre ! Il y a matière à réflexion. Il faudrait peut-être débattre et légiférer sur les dispositifs des émissions et sur les choix d’édition de la RTBF. La période pré- électorale prévue pourrait être élargie.

Advertisements

A propos Savine Moucheron

Fille et petite-fille de Montois, je suis ce qu'on appelle une « Montois cayaux ». Ma famille est investie de longue date dans le folklore montois et se transmet de génération en génération ce goût de la tradition. Il y a 12 ans, dans la continuité de mes engagements dans le monde associatif depuis toute petite, je me suis lancé un défi: la politique! Lors des élections de 2006, vous m’avez élue Conseillère Communale et je suis devenue chef de groupe du cdH montois. Bien que dans l’opposition, ce siège m'offre la possibilité d'intervenir concrètement en faveur de l'amélioration de la qualité de vie des Montois même si nous ne sommes pas toujours entendus ! Il me permet ainsi de jouer les garde-fous par rapport aux desseins d'une majorité dont nous avons souvent mis en avant la démesure et l'inadéquation. Il me permet également de devenir le porte-parole de citoyens désappointés par la politique locale en matière de culture, de propreté, d'emploi, de logement, d'éducation ou de mobilité. Depuis décembre dernier je suis devenue Députée Wallonne. Cette fonction m’offre un levier supplémentaire pour relayer et défendre les priorités que nous partageons. Maman de trois enfants, j'ai aussi choisi de m'investir au cdH parce que que mon parti a réellement mis le doigt sur le véritable enjeu de notre société : vous et moi, en tant qu'individus ! Le cdH est en avance sur son temps et a définitivement laissé derrière lui les vieux combats. Au cdH, chacun a sa place: une maman, un indépendant, un allocataire social, un PDG, un enseignant, un fonctionnaire, un immigré, un enfant,... Le projet de l'humanisme démocratique est généreux et responsable ! Ses deux piliers fondateurs sont mes valeurs: Solidarité et Responsabilité.
Cet article, publié dans Députée, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s